vendredi 24 novembre 2017

Class40 / Aymeric Chappellier et Arthur Le Vaillant, superbes 2e de la Jacques Vabre sur Aïna, Mach40 neuf

Quel finish ! Dix-sept minutes d'écart, dérisoire à l’échelle de l’Atlantique entre le Havre et Salvador de Bahia mais parfaitement représentatif de l’intensité de la course en Class40. Si l’avantage a tourné dans les tous derniers milles à l’avantage de Maxime Sorel et Antoine Carpentier, Aymeric Chappellier et Arthur Le Vaillant bouclent la Transat Jacques Vabre à une très belle deuxième place. Une première réussie pour leur Mach40 neuf.


Credit : Jean-Louis Carli / ALeA / TJV2017

Coup pour coup
« Le match a été incroyable entre V and B, Imerys Clean Energy et nous. De Madère jusqu’à l’arrivée, nous nous sommes tirés la bourre en mode « régate », en nous rendant coup pour coup », a commenté Aymeric Chappellier, skipper d’AINA Enfance et Avenir, qui a avalé les 4 350 milles du parcours à un rythme effréné et qui n’a jamais cessé de se battre lors de ces 17 jours de course.

« Nous avons laissé filer la première place dans les 150 derniers milles, après une nuit difficile lors de laquelle nous avons déchiré notre spi avant de prendre successivement deux filets dans la quille. »


"Compliqué d’imaginer se refaire"
« Sans doute qu’avec la fatigue accumulée, nous avons manqué d’un peu de lucidité car nous avons réussi à nous dépatouiller rapidement du premier, mais nous avons percuté un peu tard que nous en avions un deuxième alors que nous avions, de ce fait, un petit déficit de vitesse par rapport à V and B », a avoué le navigateur Rochelais qui n’a ensuite plus réellement été en mesure de réussir à revenir sur son concurrent. « Alors qu’on avait de l’avance (environ 5 milles, ndlr), avec cette histoire, on s’est retrouvé un demi mille derrière lui. Dès lors, ça a été compliqué d’imaginer se refaire ».



Un gros potentiel 
« AINA Enfance et Avenir a un très gros potentiel (NDLR : le bateau a été mis à l’eau en juin dernier). Cela me transcende et me donne deux fois plus de motivation pour la Route du Rhum. Dans l’ensemble, on a effectivement bien maîtrisé notre course. On a su lâcher des milles dans le vent fort au début pour ne rien casser, tout en restant au contact. Ensuite, on a suivi notre plan tranquillement, sans bourriner. Bien sûr, on a commis quelques petites erreurs, la plupart du temps liées au fait qu’on ne connait pas encore le bateau à 100%, mais globalement, on a fait de belles trajectoires », conclut le skipper.


Vous conseille : Class40 / Maxime Sorel et Antoine Carpentier remportent la Jacques Vabre avec 17 minutes d'avance !

http://www.scanvoile.com/2017/11/class40-maxime-sorel-VandB-victoire-jacques-vabre-bahia.html#.WhbdFErT6M8


Par la rédaction
Source : TB Press