lundi 2 avril 2018

Volvo Ocean Race / Brunel - Dongfeng demain à Itajaï : "Les routages nous font arriver dans la même minute !"

La septième étape de la Volvo Ocean Race, partie d’Auckland, est proche de son épilogue. Le vainqueur devrait être connu demain après-midi. A 24 heures de l’arrivée à Itajaï (Bresil), Team Brunel et Dongfeng Race Team sont à la lutte pour une première victoire d’étape. Avec des points qui comptent double sur cette étape, personne ne lâche du lest. 


Dongfeng sur la Volvo Ocean Race 2018
Credit : M.Keruzore/Volvo Ocean Race

A moins de 400 milles de l’arrivée lundi, les deux bateaux n’étaient séparés que de 5 milles ! En tête une grande partie de l’étape, passé le premier au Cap Horn, Team Brunel peut-il tout perdre sur les 24 dernières heures de course ?

Bouwe Bekking : "Ça va être une bataille pendant les 36 prochaines heures"

« Sur les cinq dernières heures, nous sommes à 24 nœuds de moyenne, racontait Bouwe Bekking, skipper de Brunel, lundi matin. Dans ces conditions, tu penses que tu fais de gros gains, mais non, juste deux milles sur Dongfeng ! Ils poussent dur, conscients de la très importante différence qu’offrent les trois points supplémentaires au vainqueur de l’étape (un point de bonus et une étape qui compte double, NDLR). Les routages nous font arriver dans la même minute ! Ça va être une bataille entre le bus jaune et le bus rouge pendant les 36 prochaines heures ».


Charles Caudrelier : "Ne pas être trop gourmands"

Sur le bus rouge en question, le moral est regonflé à bloc, avec la perspective de grappiller de précieux points au général par rapport à MAPFRE, voire même de passer en tête. Charles Caudrelier, skipper de Dongfeng : « On peut encore se battre pour la victoire, c’est plutôt une bonne nouvelle. Comme il y a un gros trou derrière, puisque les autres se sont fait enfermer par l’anticyclone, on peut attaquer. Maintenant, il ne faut pas oublier que le bateau et les hommes sont fatigués, la plus grosse bêtise qu’on pourrait faire est d’être trop gourmands et d’attaquer trop demain où il va y avoir beaucoup de vent. »

Mapfre doit limiter la casse

Derrière le duo de tête, le trou est fait, puisque team AkzoNobel, ralenti lundi par un problème au niveau du puits de quille qui a obligé le Néo-Zélandais Brad Farrand à plonger sous le bateau pour mesurer l’étendue des dégâts, est désormais à plus de 200 milles. MAPFRE (avarie du rail de grand-voile) et Turn the Tide on Plastic (avarie du rail de grand-voile), obligés de s’arrêter après le Cap Horn, se sont fait happer par un anticyclone.

Pour MAPFRE, le leader au général qui ferme la marche sur cette étape, l’enjeu est de limiter la casse au maximum par rapport à Dongfeng Race Team, et donc de tenter de dépasser Turn the Tide on Plastic.


Vestas aux Malouines, Scallywag vers le Chili

Vestas 11th Hour Racing, qui a démâté vendredi, est aux Falklands à la recherche de solutions logistiques pour remonter le bateau au Brésil, tandis que Sun Hung Kai/Scallywag, endeuillé par la disparition de John Fisher, est sur le point d’arriver au Chili.

Classement à 18 heures

1 Brunel à 320 milles de l'arrivée
2 Dongfeng à 5,5 milles du leader
3 Akzonobel à 229 milles du leader
4 Turn The Tide on Plastic à 542 milles du leader
5 Mapfre à 621 milles du leader

Par la rédaction
Source : VOR