dimanche 6 mai 2018

Transat AG2R / Simon - Lagravière à 3 milles du leader Hardy - Ruyant

La flotte de la Transat AG2R LA MONDIALE se disperse sur l'Atlantique alors qu'il ne reste plus que mille milles jusqu'à Gustavia. Attendue avec impatience par les uns, espérée absente par les autres, la bascule de l’orientation des alizés dicte pour beaucoup de la route des leaders et de l’humeur des marins. Les écarts latéraux augmentent, les caps diffèrent et les marges de manœuvre se réduisent : qui du Nord ou du Sud prendra l'avantage ?


Crédit : A Courcoux



Bras de fer

En ce dimanche, au classement de 16 heures, Sébastien Simon et Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance) étaient toujours deuxièmes, profitant de leur placement sur la route directe vers Saint-Barth. Revenus à 3,4 milles de la tête, les deux marins pourraient être en mesure de profiter de tous les scénarios.

De tous les bateaux de tête, Simon - Lagravière ont été les plus véloces au cours des 24 dernières heures. Leur bras de fer avec Agir Recouvrement a débuté dès les premiers bords, au large de Concarneau mais, en ce dimanche, à moins de cinq jours de l’arrivée à Saint-Barth, c’est un peu comme s’il venait de commencer.

L'empannage n'est pas pour tout de suite

Content, Erwan Tabarly l’était, ce matin. Le co-skipper de Armor Lux – Gedimat envisageait l’avenir sereinement après avoir passé une nuit de vitesse dans le nord de la flotte. « Ça avance bien et nous sommes contents du classement. Nous avons bien cavalé cette nuit. On a du vent, ça glisse bien, on ne va pas se plaindre. L'empannage n'est pas pour tout de suite. Nous sommes partis dans une option Nord et donc on va attendre que ça passe. »


Une place à faire

« Ça glisse bien depuis hier soir », commentait ce matin Alexis Loison, co-skipper de Groupe Royer – Secours Populaire, 5e au classement de 16 heures ce dimanche. « Hier, nous avons eu une journée difficile par rapport à nos concurrents car leur vitesse était plus élevée que la nôtre mais nous avons encore pas mal à faire sur Bretagne CMB Performance et Agir Recouvrement. 

La force des alizés est encore assez variable, mais ça fait quelques heures que nous sommes au-dessus de 20 nœuds. Nous surveillons beaucoup les fichiers météo pour ne pas trop rallonger notre route. Nous sommes en retrait par rapport aux bateaux du Sud, mais nous n'avons pas envie de croiser derrière pour le moment. On espère une période météo meilleure au Nord pour les attaquer ».


Cela se jouera à peu de chose

A bord de Breizh Cola (Mahé - Troussel), 3e en occupant la position la plus australe de la flotte, Gildas Mahé se voulait fataliste mais pas défaitiste. L’humeur est similaire à bord de Guyot Environnement (Leboucher-Pratt).

Quatrième de la flotte, dans une position assez sud également, Guyot Environnement a passé une nuit à souffrir, sans que cela entache le moral pour autant : « Cette nuit, on a pris un grain et on est resté bloqué trois heures, presque à zéro nœud. On n’a rien pu faire sur 10 ou 15 milles, mais il reste du chemin à faire. On n’est pas forcément du bon côté par rapport à la bascule qui est attendue, mais bon, il faudra voir. Si la bascule se fait à 30 degrés, les gars du nord passent. Si ça ne bascule pas ou très peu, c’est nous qui passerons. Cela se jouera à peu de chose, » explique Pierre Leboucher.

CLASSEMENT de la Transat AG2R LA MONDIALE du dimanche 6 mai à 16H

1 – Adrien Hardy et Thomas Ruyant (Agir Recouvrement) à 986,45 milles de l’arrivée
2 - Sébastien Simon et Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance) à 3,40 nm des leaders
3 – Gildas Mahe et Nicolas Troussel (Breizh Cola) à 18,48 nm des leaders
4 – Pierre Leboucher et Christopher Pratt (Guyot Environnement) à 25,45 nm des leaders
5 – Anthony Marchand et Alexis Loison (Groupe Royer – Secours Populaire) à 36,84 nm des leaders
La suite ici

Source : Effets Mer