jeudi 20 septembre 2018

Top départ demain du Défi Azimut à Lorient, 247 milles et aucun répit pour les 15 solitaires - IMOCA

Demain vendredi 21 septembre, les 15 IMOCA du 8ème Défi Azimut prendront, à 17h, le départ de la grande course de 24 heures en solitaire à Lorient. Prenant en compte les conditions météo attendues, le directeur de course Jacques Caraës a dessiné un tracé sur-mesure d’une distance de 247 milles. Les marins devraient évoluer dans un vent oscillant de 10 à 20 nœuds et sur une mer formée mais maniable. 


Crédit : Y Zedda


Ne pas trop exposer les bateaux

Les 15 solitaires en lice dans le Défi Azimut 2018 sont fixés et peuvent désormais commencer à élaborer les premières stratégies. Ce jeudi en fin d’après-midi, le directeur de course Jacques Caraës leur a transmis le tracé de la course en solitaire de 24 heures. « Nous avons pour habitude dans le Défi Azimut de ne pas trop exposer les bateaux à proximité de la côte pour éviter les risques de collision. Nous proposons donc un parcours « offshore » avec des points virtuels à virer », précise Jacques Caraës.


Deux waypoints

La zone de départ se situera donc entre la pointe du Talud et l’île de Groix. On attend un vent de Nord-Ouest d’une quinzaine de nœuds au moment du coup d’envoi de la course, à 17h. Une fois lancés, les 15 IMOCA laisseront Groix sur bâbord et évolueront au reaching (vent de travers) vers le waypoint « Azimut 1 », positionné 25 milles dans le Sud. « Pour éviter que les concurrents se retrouvent englués dans une bulle anticyclonique en formation dans le Golfe de Gascogne, nous avons décidé de placer la marque « Azimut 2 » plein Ouest, à 75 milles au large de la pointe bretonne. Les concurrents devraient ainsi pouvoir garder de la pression », poursuit Jacques Caraës.


Une course de vitesse

Pour rallier cette deuxième marque virtuelle, les solitaires vont d’abord naviguer au près dans des vents faibles, ce qui permettra aux six IMOCA à dérives droites de tirer leur épingle du jeu. Puis le vent va adonner au fur-et-à-mesure de la nuit de vendredi à samedi, et c’est dans un flux de Sud que les concurrents atteindront le deuxième waypoint. S’engagera alors une course de vitesse d’environ 100 milles jusqu’à l’arrivée, au reaching dans un vent qui devrait se renforcer progressivement pour atteindre les 20 nœuds. Les foilers pourront alors démontrer tout leur potentiel. Les bateaux sont attendus samedi vers 16-17 heures sur les pontons de Lorient La Base.



parcours


Les mots des marins

Gagnante de la dernière épreuve disputée en IMOCA, la Dhream Cup, Sam Davies (Initiatives-Cœur) s’engage avec des ambitions élevées : « Le niveau va monter d’un cran sur le Défi Azimut avec plus de concurrents, plus de foilers. Ce sera donc plus compliqué de décrocher un podium. J’aimerais naviguer « propre » et faire les bons choix pour accrocher les autres foilers, et notamment les IMOCA de la génération 2016. »

Isabelle Joschke (Monin) aborde le Défi Azimut avec beaucoup d’humilité. « Je ne me fixe aucun objectif au niveau sportif », confie la navigatrice. « Le Défi Azimut sera seulement ma deuxième course en solitaire en IMOCA, après la Dhream Cup. Mes objectifs sont plus personnels. Je souhaite naviguer en cohérence avec mon projet et mon état d’esprit, être dans les bons timings et surtout ne pas faire de grosses erreurs. »

Le Défi Azimut sera la première course en solitaire de Boris Herrmann à bord de Malizia 2-Yacht Club de Monaco. « J’aimerais finir dans le bon groupe, disons en première partie de flotte. Je ne lâcherai rien, tout comme mes concurrents », annonce le skipper allemand.

Retrouvez les concurrents, ici


Source : Défi Azimut