jeudi 18 avril 2019

Alain Gautier rempile pour une 18ème Solitaire : "Pas question de ne pas participer à cette 50ème édition !"

Piqué par le virus de la course au large dès 1978 et la course de l’Aurore, ancêtre de l’actuelle Solitaire Urgo Le Figaro, à laquelle son frère Yves participait, Alain Gautier, à 56 ans, revient sur l'épreuve en cette année de Figaro 3. "Pas question de ne pas participer à cette 50ème !"


Credit : Team Alain Gautier



« Cette course occupe une place particulière dans ma vie. Pas question de ne pas participer à cette 50ème qui verra plusieurs générations de marins sur la même ligne et, qui plus est, sur un nouveau bateau ! Trop tentant pour le compétiteur et pour le passionné que je suis ! Ce sera ma 18ème participation, à bord d’un Figaro Bénéteau 3 nommé MERCI POUR CES 30 ANS »


Pourquoi cette 18ème participation ?

Alain Gautier : " L’an 1 d’un nouveau bateau sur la Solitaire est toujours très intéressant pour des navigateurs plus anciens. La jeune génération n’a pas encore passé des jours et des semaines d’entraînement à bord et cela permet donc à tout le monde de partir sur un vrai pied d’égalité. La tentation était trop grande de rejoindre d’autres camarades tels que Loïck Peyron ou Michel Desjoyaux.

Par ailleurs, le projet dont je m’occupe depuis 2017, en tant que team manager - celui de la navigatrice Isabelle JOSCHKE, sur le circuit IMOCA – est sur de bons rails grâce au soutien de nos deux sponsors, la MACSF et MONIN.

Toutes les planètes semblent alignées ; je m’autorise donc cette 18ème participation, à bord du nouveau Figaro Bénéteau 3 !"


Vous arborez des couleurs réunies sous l’appellation MERCI POUR CES 30 ANS. Pouvez-vous nous expliquer ?

Alain Gautier : "Cela fait trente ans que j’ai créé LANIC SPORT TEAM et, depuis 1989, ma société a pris part à de nombreux défis sportifs : le Vendée Globe, la Solitaire du Figaro, le circuit ORMA, la Coupe de l’America...

Je souhaite par ce clin d’œil  remercier mes partenaires de m’avoir soutenu, accompagné, encouragé. Beaucoup d’engagement, beaucoup d’investissement de leur part. Plusieurs d’entre eux ont très vite répondu présents pour ce projet. C’est grâce à ces derniers que je serai sur la ligne de départ de cette 50ème édition."



Pouvez-vous nous parler de l'édition 2019 ?

Alain Gautier : "Je suis très heureux de retourner en Irlande. Le retour sur Roscoff devrait être tactiquement très intéressant. Je suis, en revanche, moins fan des multiples traversées de la Manche. Mais, comme toujours, ce parcours révélera un super marin et un fin stratège.

Quant au nouveau bateau, les cinq navigations que j’ai pu réaliser ne m’ont pas encore permis de me faire une idée générale ; il est vraiment très agréable au portant et promet de belles glissades humides.

Je serai très heureux de retrouver un Loïck Peyron (nous étions concurrents en 1980) ou un Michel Desjoyeaux. Un remake de 2003 où lors de la première année du Figaro Bénéteau 2, la jeune génération nous avait donné du fil à retordre ! Cette année, il faudra batailler contre de nouveaux jeunes talents !

Sur cette 50ème Solitaire, je souhaite simplement me faire plaisir et retrouver l’ambiance si particulière de cette course majeure. Rééditer le résultat de 2003 ne fait pas partie de mes objectifs premiers ; mais l’instinct de compétiteur étant bien ancré... "


Alain Gautier et La Solitaire en quelques chiffres

- 17 participations à la Solitaire du Figaro
- 1 victoire sur l’édition de 1989
- 9 victoires d’étape
- 3 podiums en 1988, 1989 et 2003

Par la rédaction
Source : C.le Naour