dimanche 4 août 2019

Top départ pour les Figaristes de la Douarnenez - Gijon, Martin Le Pape en tête devant Pierre Quiroga

A 13 heures pétantes, comme prévu, le comité de course de la Douarnenez Solo Gijón a libéré les seize solitaires pour un petit parcours en baie de Douarnenez avant de pointer l’étrave vers le large. Les premiers choix de route vont se faire au passage de la chaussée de Sein. Les concurrents de la Douarnenez Solo Gijón vont se présenter devant le raz de Sein à mi-marée montante, soit contre le courant. 

Credit :  F.Van Malleghem


Pierre Le Boucher en maître tacticien

Avec une bouée de dégagement à virer, puis une bouée spectacle devant l’entrée du port de Tréboul, le parcours côtier de cette Douarnenez - Gijon permettait d’apprécier les options tactiques des uns et des autres. En bon régatier, Pierre Le Boucher (Guyot Environnement) privilégiait le bord à terre afin de bénéficier des effets de site à la pointe de Leydé.

Bien lui en prenait, puisqu’il enroulait la bouée de dégagement largement en tête, devant Martin Le Pape (Skipper Macif 2017) partisan de la même option, mais moins radical et Tanguy Le Turquais (Quéguiner Kayak) qui s’était judicieusement replacé du bon côté du plan d’eau après un départ moyen.

La flotte suivait ensuite plutôt groupée, Stan Thuret (Everial) fermant la marche derrière Cécile Laguette (Éclisse) et Cassandre Blandin (Klaxoon C).

Les mots des marins :

« Nous allons quitter la Baie de Douarnenez dans un vent médium. Il faudra être alerte dès le début car nous aurons du courant au niveau du Raz de Sein. La pluie va doucement arriver, annonçant un front que nous aurons à négocier cette nuit » explique Pierre Quiroga, Skipper Macif 2019.

« Ce qui nous attend est bien complet. On ne va, certes, pas aux Açores ni au Fastnet, mais cette première manche de la Douarnenez – Gijón promet du jeu. On va partir dans l’ouest pour aller chercher un petit front lors de la première nuit. A la clé, du vent assez fort et de la pluie. Ça va être un peu musclé pour commencer mais très vite, lorsque l’on va descendre vers le sud, ça va mollir puis devenir assez instable. Dans quelle mesure ? Tout dépendra en fait de l’évolution d’un petit minimum dépressionnaire qui pourrait mettre un peu le bazar dans le golfe de Gascogne » raconte Tom Laperche, skipper de la Filière d’excellence de course au large Bretagne – Crédit Mutuel de Bretagne.

« Ça s’annonce sympa même si je l’avoue, j’aurais bien fait un petit tour aux Açores. Je suis content de me remettre en mode course même si le mois qui vient de s’écouler m’a fait du bien car la Solitaire a laissé des traces » commente Tanguy le Turquais le skipper de Quéguiner – Kayak.


 Classement à 17h (TU+2)

1 Martin Le Pape (Skipper Macif 2017) à 368 milles de l’arrivée
2 Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) à 0,1 milles
3 Xavier Macaire (Groupe SNEF) à 0,2 milles
4 Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) à 0,2 milles
5 Tanguy Le Turquais (Quéguiner Kayak) à 0,3 milles

Source : L.Lunven