mardi 4 novembre 2014

Route du Rhum / Naufrage d'Olmix, Pierre Antoine hélitreuillé; Macif creuse l'écart

Très grosse frayeur pour Pierre Antoine, touché par la foudre et contraint d'évacuer rapidement. Alors que la direction de course demandait à Sébastien Rogues de se dérouter pour lui porter assistance, le skipper était finalement rapidement hélitreuillé par les secours espagnols. Toujours emmenés par le Maxi Banque Populaire VII, les Ultimes vont commencer à glisser sur la bordure sud-est de l'anticyclone des Açores. Imoca, mais surtout Class40 et Class Rhum continueront, eux, à subir les systèmes dépressionnaires de l'Atlantique. Demain soir, les premiers navigueront en tenue légère !






Naufrage d'Olmix

A 10h30 ce mardi matin, Pierre Antoine, le skipper d'Olmix, informait le CROSS qu'il connaissait une importante avarie. La foudre a touché la coque centrale occasionnant une voie d'eau à bord du trimaran, en train de couler. Il raconte.

Pierre Antoine (Olmix) : "La foudre a fait tout exploser"
« Ce n'est pas passé loin. J'étais sorti de la zone de grains. Je suis sorti régler les écoutes parce que le vent avait changé. J'étais dans le cockpit et vlan ! J'ai entendu un bruit incroyable, indescriptible. "

« La foudre a touché le haut du mât. Elle est passée par le mât, elle est arrivée en bas du mât. Le bateau est en bois, donc elle a fait son trou, dans le bois, dans les câbles électriques qui se sont mis à brûler. Je pensais que ce n'était que du feu. J'étais parti pour éteindre avec des extincteurs, je ne pensais pas qu'il avait un trou. 

Je descends dans le bateau, il y avait déjà 50 cm d'eau, il commençait à plonger du nez. Après, l'eau montait, montait. J'ai retrouvé des bouts de bois qui se baladaient. Ce genre de choses, ça n'arrive jamais. C'est délirant ! Heureusement que je n'étais pas dans le bateau, vu que ça a brulé de partout. J'aurais été en face de l'ordinateur, je n'ose pas imaginer… Les écrans ont explosé, tout est parti en poussière…  »


Sébastien Rogues, le leader Class40, prêt à secourir Pierre Antoine
C'est dans 4 mètres de creux, avec un vent établi de 20/25 nœuds et des rafales à 30 nœuds que Sébastien Rogues, alors leader de la course avec 8,3 milles d'avance au classement de 10h48 sur le 2ème et 22,5 milles sur le 3ème, s'est rendu aux côtés d'OLMIX.

Sébastien est arrivé sur zone pour assurer la sécurité et a navigué autour du trimaran dans l'attente de l'hélitreuillage du navigateur Pierre ANTOINE. À 13h20, les opérations de sauvetage terminées et le skipper sain et sauf, Sébastien soulagé a repris sa route direction Pointe-à-Pitre.

Au pointage de 14h48 Sébastien se positionnait en 3ème position à 23 milles du premier (Solidaires en Peloton).


Le point sur la course

Ultimes : Accélération vers le soleil, Loick Peyron mène le bal
Le soleil est revenu et le temps s'améliore pour les Ultimes qui filent au portant, 190 milles dans le nord de Madère. La mer se calme et le vent de nord-ouest devient plus régulier. De quoi engranger un peu de sommeil et se requinquer pour renvoyer de la toile. Les vitesses ont pris un cran cet après-midi avec des pointes qui dépassent régulièrement les 30 nœuds. Loïck Peyron mène toujours le bal et a même tendance à creuser l'écart : plus de 60 milles sur Spindrift 2 et Edmond de Rothschild, décalé dans l'ouest.


Multi50 : Un naufrage, deux stratégies
Il ne reste plus que 5 Multi50 en course. Mais le match entre le trio de tête est passionnant. Les deux leaders Actual et FenêtréA-Cardinal plongent au sud dans le sillage des Ultimes, prenant le risque d'être ralentis dans l'anticyclone. De son côté, Lalou Roucayrol (Arkema Région Aquitaine) prend la tangente à l'ouest, en compagnie des Imoca. Plus proche de la route directe, il a pris ce matin la tête du classement.

MAJ : Escale technique à Cascais (Portugal) pour Yves le Blevec

Le Multi50 Actual d'Yves le Blevec est handicapé par un dysfonctionnement de la girouette anémomètre. Le skipper entame une descente le long des côtes ibériques pour rallier Cascais à proximité de Lisbonne. Il reste moins de 200 milles au Multi50 Actual, attendu sur place mercredi en début de matinée. Une escale de quelques heures.


Imoca : Abandon de PRB, Macif creuse l'écart
Menacée par l'anticyclone des Açores, la flotte des Imoca a choisi de mettre de l'ouest dans sa route pour éviter d'être encalminée le long des côtes portugaises. Une option parfaitement anticipée par Macif, Maître Coq et Safran depuis leur virement de bord à Ouessant. Les conditions de navigation sont encore difficiles et de nombreux soucis techniques perturbent un repos que les marins auraient bien mérité. François Gabart (Macif), en tête depuis la bouée du cap Fréhel, continue distancer ses poursuivants relégués à plus de 40 milles.


Class40 : Thibault Vauchel Camus prend la tête
Sebastien Rogues se déroutant, Thibault Vauchel Camus (Solidaires en Peloton), déjà bien positionné, a pris la main à l'approche du cap Finisterre où les conditions sont encore difficiles (vent fort, grains, mer formée). Vingt milles derrière le nouveau leader, la flotte est divisée en deux groupes.

Vous conseille : Vincent Riou doit abandonner : "Le bateau n’aurait pas pu résister longtemps" (ITW)

http://www.scanvoile.com/2014/11/route-du-rhum-vincent-riou-doit.html#.VFkVtfmG8u4

Par la rédaction
Sources : Route du Rhum - Ch.More - ScanVoile - Kaori

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?