samedi 10 décembre 2016

Vendée Globe / Romain Attanasio a repris la course, Alex Thomson fatigue à 190 milles d'Armel Le Cléac'h

Ce soir, ils sont 22 marins en course sur le Vendée Globe, puisque ce matin, Romain Attanasio a pu reprendre la mer, après avoir réparé ses deux safrans à l'abri, au pied du cap de Bonne-Espérance. En tête, au Sud de la Nouvelle-Zélande, dans du vent fort et sur une mer chaotique, Armel Le Cléac'h et Alex Thomson poursuivent leur combat, qui tourne à l'avantage de Banque Populaire avec 190 milles d'avance.



Credit : C.Barnham/Hugo Boss/VG


Romain Attanasio de nouveau en course
Bonne nouvelle pour Romain Attanasio. Le skipper est de retour en course avec Famille Mary-Etamine du Lys après deux journées au mouillage au pied du cap de Bonne-Espérance pour réparer ses safrans.

« C'est top de reprendre la mer avec d'autres concurrents à proximité », s'est réjoui le skipper, faisant référence à Didac Costa (One Planet One Ocean) et Sébastien Destremau (TechnoFirst-faceOcean), deux marins qui disposent de bateaux de la même génération que le sien (mis à l'eau entre 1998 et 2000). Romain va probablement se recaler derrière Didac mais devant Sébastien.

« C'était spécial de se retrouver au mouillage tout près de la côte en plein Vendée Globe. Le premier jour, des gens me tournaient autour en canoë. Ils venaient me parler et une dame a même voulu me donner un coca et des autocollants. Je lui ai dit que je ne pouvais pas les prendre car je risquais d'être disqualifié. Mais ce qui m'a le plus frappé quand je suis arrivé, c'est le silence. Cela faisait un mois que je vivais dans le bruit et d'un coup… plus rien ! J'ai commencé à parler tout doucement, c'était un drôle de sentiment. »


Le sans faute d'Armel Le Cléac'h 
Plus de 6 500 milles devant, Armel Le Cléac'h poursuit sa course sans faute avec la régularité d'un métronome. Les trajectoires sont fluides, les positionnements toujours opportuns. Le skipper de Banque Populaire VIII domine les débats avec une vraie maîtrise, aidé par le très incisif Alex Thomson (Hugo Boss) qui le pousse dans ses retranchements.


Alex Thomson fatigue
Réputé dur au mal, Alex Thomson semble quelque peu accuser le coup. Il faut dire que le Britannique n'a pas ménagé son corps et sa monture depuis le départ des Sables d'Olonne, et ce d'autant plus qu'il navigue sans foil tribord, cassé lors d'une collision avec un OFNI. « C'est dur de dormir, je m'inquiète juste de ce qui va se passer dans les 5 ou 10 prochaines minutes », raconte-t-il. « Que va-t-il se passer si la structure lâche ou si le bateau heurte quelque chose ? Combien de temps avant la nouvelle rafale ? En pleine nuit, il est encore plus difficile de gérer ces pensées. J'ai hâte que les conditions se calment un peu pour pouvoir ranger ma maison et relâcher la pression. Parfois je me demande pourquoi je fais ça… »

Le répit risque bien d'être de courte durée : une dépression dite « secondaire » se creuse dans le Nord de la première qui propulse actuellement les deux leaders. Cette nouvelle dépression va se déplacer vers le Sud et barrer la route des concurrents.


Classement du jour à 18 h
1 Armel LE CLÉAC’H BANQUE POPULAIRE VIII
2 Alex THOMSON HUGO BOSS à 188 nm
3 Paul MEILHAT SMA à 1438.98 nm
4 Jérémie BEYOU MAITRE COQ à 1556.83 nm
5 Yann ELIES QUÉGUINER - LEUCÉMIE ESPOIR à 1949.02 nm

Par la rédaction
Source : Mer et Media