vendredi 2 mars 2018

Figaro / Adrien Hardy embarque Thomas Ruyant sur la Transat AG2R, leur duo se reforme pour l'Atlantique

Après sa deuxième place sur la Solitaire Urgo 2017, Adrien Hardy reprend la barre de son Figaro Bénéteau Agir Recouvrement. Il s’alignera sur la Transat AG2R La Mondiale le 22 avril prochain. Avec l’objectif de remporter cette épreuve, le skipper embarquera Thomas Ruyant. Deux marins qui se connaissent bien et qui ont terminé quatrièmes de la Transat Jacques Vabre 2015 en IMOCA. ITW.


Adrien Hardy embarque Thomas Ruyant sur la Transat AG2R.
Credit : E Allaire

Le Figaro demande des marins irréprochables

Adrien Hardy : « Je suis très content de faire équipe avec Thomas. Il y a six mois, nous étions ensemble en Figaro sur le Tour de Bretagne qui s’est bien passé avec une 5e place. Nous formons un bon mélange de complicité à bord, d’amitié et de goût commun de la performance.

Je vais disputer ma 5e transat en Figaro et ma 11e au total, je suis content de faire partie des marins expérimentés et de venir sur cette course pour viser la victoire ! Mais il faut rester prudent car en mer, il peut toujours y avoir des surprises. Le niveau est tel que l’an dernier, il y avait seulement 40 minutes d’écart entre les 3 premiers après 20 jours de mer… 

La récente reprise d’entraînement m’a montré une nouvelle fois que le Figaro demande des marins irréprochables : après plusieurs mois de pause et après 10 ans de Figaro, il faut un peu de temps avant de retrouver son meilleur niveau et on apprend à chaque sortie. Il faut sans cesse approfondir les fondamentaux pour être à un niveau d’excellence. »


"La classe Figaro a le niveau le plus élevé en course au large"

Thomas Ruyant : « Je suis ravi qu’Adrien fasse appel à moi ! Adrien est un marin qui a beaucoup de feeling sur l’eau, il a une manière de naviguer qui est très intéressante et dont j’essaie de m’inspirer. De mon côté, j’ai une manière de faire peut être plus cartésienne, qui je pense intéresse Adrien. 

A bord, on a un fonctionnement collégial : on réfléchit ensemble à la stratégie, notre duo a déjà été mis à l’épreuve pendant plusieurs courses et l’alchimie fonctionne bien. 

On a un parcours assez proche, on a navigué sur toutes les classes : mini, figaro, class 40, 60 pieds … c’est finalement une polyvalence assez rare. Il faut rappeler que la classe Figaro a le niveau le plus élevé en course au large aujourd’hui ! »

Par la rédaction
Source : TB Press