mardi 5 juin 2018

Peter Burling, vainqueur de l'America's Cup et équipier sur Brunel : "Il faut qu’on gagne !" - Volvo Ocean Race

En course pour la victoire finale de la Volvo Ocean Race à bord de Team Brunel, Peter Burling, Néo-Zélandais de 27 ans champion olympique en 49er et vainqueur de la dernière Coupe de l'America, pourrait être le premier marin à remporter le triplé historique. Avec son équipe aux couleurs néerlandaises, il vient d'enchaîner deux victoires et une deuxième place, et n'est plus qu'à trois points du leader Dongfeng Race Team. "On a maintenant une chance de gagner !"


Peter Burling sur la Volvo Ocean Race avec Brunel.
Crédit : S Greenfield

Avec Brunel, vous êtes clairement l’équipe en forme. Comment l'expliquez-vous ?

Peter Burling : "C’est vrai que lorsqu’on compare avec le début de la course, on réalise à quel point on naviguait mal pour être honnête ! On s’est vraiment amélioré. Hormis Bouwe (Bekking) ou Capey, on est cinq dans l'équipe à avoir moins de 30 ans, jeunes et inexpérimentés en course au large. 

Je pense que tout le monde à bord a trouvé sa manière de donner le meilleur de soi au sein de l’équipe, ce qui fait qu’on devient meilleur en tant que groupe. À chaque fois qu’on va naviguer, on fait des progrès assez significatifs, et je pense que ce n’est pas le cas des autres équipes."


Vous n'aviez pas beaucoup navigué sur un Volvo Ocean 65. Combien de temps vous a-t-il fallu pour vous sentir à l’aise ?

Peter Burling : "Probablement la moitié de la course [rires], mais tu continues d’en apprendre tout le temps, tu as juste une meilleure compréhension de pourquoi le bateau avance ou pas. Par exemple lors de la dernière étape, on ne pouvait pas uniquement nous fier aux chiffres qu’on voyait affichés sur le mât, on y est allé beaucoup plus au feeling. C’est l’un des points sur lesquels on a beaucoup progressé : comprendre quand on est performant ou non et ne pas stresser trop lorsque ça ne va pas dans notre sens.

Mais tout le monde fait les choses différemment. Je suis certain que si tu demandais à n’importe quelle équipe de refaire l’une des premières étapes, ils amélioreraient leurs performances d’au moins un jour. On essaie de conserver la courbe d’apprentissage la plus inclinée possible."


Au vu de votre position actuelle, sentez-vous la prochaine étape décisive ?

Peter Burling : "Il faut qu’on gagne ! On a eu de mauvais résultats avant, mais le fait d’avoir été capable d’enchaîner trois bonnes étapes consécutives, et de gagner les deux dernières qui comptaient double est la seule chose qu’on pouvait faire pour nous remettre en course pour la victoire. J’espère qu’on va pouvoir garder la même dynamique et continuer de nous améliorer pour être en position de gagner lors de cette dernière étape vers La Haye !

On doit battre les deux bateaux rouges une nouvelle fois, et gagner la prochaine, car quiconque la remporte sera en très bonne position pour la victoire finale."

Par la rédaction
Source : Volvo Ocean Race