samedi 8 septembre 2018

C'est parti ! Direction Saint Gilles Croix de Vie pour les 36 figaristes de la Solitaire URGO, Alexis Loison en meneur

Le vent était aussi instable que les esprits bouillants cet après-midi dans la Ria de Muros Noia. Il a donc fallu s'y reprendre à quatre fois pour lâcher les 36 concurrents au départ de cette troisième étape de la Solitaire URGO Le Figaro. Et c'est à 14h43 que le coup de canon définitif a retenti devant les jetées de Portosin où était mouillée la ligne de départ. 


Crédit : A Courcoux


C'est Alexis Loison (Custo Pol) qui coupait en tête en bout de ligne. Derrière le Cherbourgeois, Martin Le Pape (Skipper MACIF 2017) suivi par Éric Delemare (Région Normandie), Justine Mettraux (TeamWork) et Anthony Marchand (Groupe Royer-Secours Populaire) créaient le break sur le peloton qui se dispersait sur ce plan d’eau balayé par une brise thermique de Sud-Ouest d’une dizaine de nœuds. Les partisans de la droite du plan d’eau (côté Muros) emmenés par un Thierry Chabagny (Gédimat) percutant au départ, étaient moins à l’aise dans une brise très perturbée par le relief environnant tandis que les « conservateurs » du centre où se trouvait Corentin Douguet (NF Habitat), arrivaient à tenir le rythme quand il fallut commencer à croiser.


A peine passé le cap Louro, la brise thermique s’effondre, laissant les skippers en berne à des vitesses inférieures à 2 noeuds. La traque à la risée pouvait commencer et la flotte éclatait rapidement, s’étendant sur près de 2 milles sur un axe Nord-Sud. Au ras des falaises, Pierre Quiroga (skipper Espoir CEM-CS) se montrait incisif et emmenait un petit groupe composé notamment de Benjamin Dutreux (Sateco-Team Vendée Formation). Tout au Sud, Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance) avait vite rejoint Alexis Loison (Custo Pol) et Xavier Macaire (Groupe SNEF). Au centre, Martin Le Pape confirmait son bon départ et se trouvait en pointe, suivi de l’autre Skipper Macif, Charlie Dalin et d’Anthony Marchand.


Annoncée comme longue et piégeuse avec cette fameuse dorsale en plein golfe de Gascogne, la troisième étape place donc les skippers dans l’expectative dès les premiers bords. Avant de toucher le flux de Nord-Est établi, il va déjà falloir s’extraire des côtes galiciennes. Selon les modèles, les skippers pourraient compter ses nombreux phares et caps jusqu’à demain dans la soirée avant de véritablement gagner le large…Une première hiérarchie sera sans doute établie vers le cap Ortegal où il restera encore 350 milles d’ici l’arrivée jugée à Saint-Gilles Croix de Vie.


par la rédaction
Source : La Solitaire