mardi 6 novembre 2018

Jérémie Beyou en route vers Lorient : "La priorité des priorités, c’est de ramener Charal en un seul morceau"

Charal, IMOCA mis à l'eau il y a seulement deux mois, est sur le chemin du retour à Lorient, guidé par un remorqueur. Il devrait rallier son port d’attache dans la nuit de mardi. Pour Jérémie Beyou, qui ne sait pas encore s’il repartira achever sa Route du Rhum, la déception est grande. ITW.


Credit : Charal Sailing Team


Jérémie Beyou : « Je suis forcément déçu, c’est énormément de boulot sur 18 mois. On savait très bien qu’il y aurait des petites choses qui n’iraient pas, mais se heurter à une casse sur une pièce cruciale pour le bateau (ndlr : avarie sur le système de barre)... 


Que se passait-il au moment où le système de safran a lâché ?

J. B. : C’était maniable, la mer était encore praticable, et j’avançais sous-toilé dans 25 à 30 nœuds de vent. D’un coup, le bateau est parti en toupie. Il y a aussi quelques dommages collatéraux provoqués par le mouvement du bateau, sur des pièces d’accastillage ou les voiles.

J’ai bien dû mettre trois heures à comprendre la source du problème. Heureusement que ce n’est pas arrivé au cœur de la grosse dépression, la situation aurait été encore plus compliquée.


Comment l’équipe a-t-elle organisé votre remorquage ?

J. B. : Trois équipiers de Charal Sailing Team sont montés sur le remorqueur, avec trois membres d’équipage, et Pifou (Pierre-François Dargnies, le directeur technique) a embarqué un semi-rigide. Ils sont vite arrivés sur zone, ils ont mis le semi-rigide à l’eau, en pleine mer, pour me rejoindre. Entre l’arrivée sur zone, le transbordement et la mise en remorque, il ne s’est pas passé une heure, ça a été super efficace !


La prochaine étape, c’est le retour à Lorient ?

J. B. : Oui, et ce n’est pas gagné, parce que la dépression est en train d’arriver. Elle est prévue pour la fin d’après-midi, et on va arriver dans la nuit. Il faut trouver une solution pour faire entrer Charal dans le port sans avoir de système de safran, donc sans pouvoir guider le bateau. La priorité des priorités, c’est de rapporter le bateau en un seul morceau.


Vous pensez pouvoir repartir en mode course ?

J. B. : La certitude, c’est qu’il faut qu’on navigue, encore et encore, avec Charal, pour l’éprouver et le fiabiliser. On va trouver la solution pour réparer le système et les dommages collatéraux, remettre le bateau en configuration navigation, et retourner sur l’eau. Dans le cadre de la Route du Rhum ou pas ? On ne sait pas encore. Tout dépendra du temps nécessaire à la réparation et des conditions météo ».




Vous conseille : Charal en route vers Brest, Jérémie Beyou fait face à une avarie de barre



Par la rédaction
Source : Charal