mercredi 12 décembre 2018

Un bilan énergétique positif et des nouveautés technologiques pour Energy Observer

Après 16 mois de navigation autour de la France et en Méditerranée, c’est l’heure du premier bilan technologique pour Energy Observer. Un bilan qui s’accompagne d’ajustements techniques et technologiques pour améliorer les performances énergétiques du bateau. 


Crédit : A Conty



Marc Van Peteghem, architecte naval : "Agir pour le climat et le transport maritime"

Actuellement en chantier à Saint-Malo, le navire sera équipé pour mars 2019 d’un système propulsif ultra novateur appelé Oceanwings. Deux ailes à deux volets de 31,5 m2, affalables, arrisables et automatisées seront installées sur chacun des flotteurs du navire expérimental : une technologie encore jamais testée à si grande échelle sur un navire.

« Au-delà de la technologie pure, que nous avons hâte de tester à bord tant le système a l’air performant et automatisé, je crois profondément que ces ailes peuvent constituer une véritable rupture technologique dans la réduction des dépenses énergétiques des navires de commerce, explique Victorien Erussard. Associées à l’hydrogène, c’est le combo gagnant pour un transport maritime propre ».

« Nous partageons avec Energy Observer une même valeur, celle de la nécessité d'agir pour le climat et pour le transport maritime, explique Marc Van Peteghem, architecte naval et co-fondateur du cabinet VPLP design. Avec Oceanwings nous proposons un système propulsif éolien simple, sûr et automatisé. Cette solution est une source complémentaire d'énergie pour Energy Observer et son installation sur le navire est un premier pas vers sa démocratisation dans le secteur maritime ».


Direction l'Europe du Nord en 2019

Energy Observer expérimente en mer le système qui préfigure les réseaux énergétiques de demain : décentralisés, décarbonés et digitalisés. L’équipage poursuivra son aventure technologique en 2019 en Europe du Nord en visant l’autonomie énergétique zéro émission de gaz à effet de serre, zéro particule fine et zéro pollution sonore.

« Les 16 premiers mois de l'Odyssée pour le futur d'Energy Observer ont été un vrai voyage initiatique, raconte Jérôme Delafosse, chef d'expédition. Cette expérience a changé notre rapport à l'énergie et en particulier à la façon dont nous la consommons. 

Nous poursuivons notre expédition l'année prochaine en Europe du Nord avec toujours la même ambition de prouver la viabilité de ce système de couplage énergies renouvelables et hydrogène et d'avancer vers son application sur mer et sur terre ».





Par la rédaction
Source : Rivacom