samedi 31 août 2019

Quentin Delapierre et Manon Audinet en Or à Enoshima, "Il fallait vraiment rester sereins" - Nacra 17

En remportant la medal Race sur cette première épreuve de la Coupe du Monde de Nacra 17 à Enoshima,  Quentin Delapierre et Manon Audinet s’offrent la médaille d'or en nacra 17 sur le futur plan d’eau des Jeux Olympiques après une magnifique bagarre sur l'eau. Ça promet pour la suite ! 


Crédit : Sailing Energy




Cela fait maintenant presqu’un mois que Quentin Delapierre et Manon Audinet ont posé leurs valises à Enoshima, au Japon, la future ville Olympique. Les deux régatiers ont d’abord représenté la France sur le Test Event, la répétition générale des Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Ils terminent neuvièmes de la compétition, une performance qui n’est pas forcément à la hauteur de leurs espérances mais leurs bons résultats sur les dernières manches du Test Event les met en confiance et le duo n'a qu'une hâte : celle de remonter sur le Nacra 17 et garder cette dynamique.

Cela tombe bien, les deux régatiers reprennent les commandes de leur Nacra 17 quelques jours après à l'occasion de la première épreuve de la Coupe du Monde. " Maintenant, il faut que l'on arrive à passer au niveau supérieur ". Dès le début Manon et Quentin sont dans le match, très peu de points les séparent des premiers, ils jouent la gagne et sont aux avant-postes. Après 4 journées de qualification dont une annulée à cause des conditions météorologiques, les français se qualifient en Medal Race. Aujourd'hui, l'objectif était simple : naviguer proprement et réaliser la meilleure performance possible. Objectif rempli, le duo coupe la ligne en premiers, quelques petits mètres devant les Italiens (champions en titre et vainqueurs du Test Event), s'offrant ainsi la victoire au général.


Quentin Delapierre : "Ne rien regretter"

"On passe la ligne d'arrivée de la Medal Race en tête, je me dis "super on fait un podium" mais Guillaume Chiellino, le Directeur des Equipes de France de Voile qui nous coachait cette semaine vient nous voir pour nous dire qu'on gagnait. On ne s'y attendait pas du tout, nous étions vraiment contents ! Sur cette régate il y avait vraiment tous les meilleurs.

Il y a un an, on s'était donné des objectifs et l'un des objectifs était d'aller au Test Event et de faire une belle performance. On y était, mais nous n'avons pas forcément performé. Finalement nous avons fait bien mieux cette semaine. Quand nous avons commencé en septembre, je me suis dit que si nous faisions dans les 10 premiers ce serait déjà pas mal.

Ce matin, en allant sur l'eau, je me suis dit que c'était jouable et qu'il y avait très peu de points qui nous séparaient des premiers. Alors, ce sont des moments où il faut aller à fond et ne rien regretter. La cerise sur le gâteau est que nous nous sommes battus tout au long de la course avec les Italiens, champions du monde en titre et vainqueurs du Test Event, et nous arrivons à les passer sur le deuxième bord de près. Il fallait vraiment rester sereins et ne surtout pas les laisser repasser devant. C'était génial de sentir que nous étions concentrés et dans le match, sur le plan d'eau des jeux avec une superbe flotte."

Manon Audinet : "Ça fait plaisir de regoûter à la victoire !"

"Ça fait plaisir de regoûter à la victoire ! Il n'y a pas eu beaucoup de manches sur cette Coupe du Monde mais on a réussi à faire de bonnes places pour pouvoir jouer un podium, voire une victoire sur la Medal Race, c'est la première fois que ça nous arrive, c'est top ! 

On est arrivés sur cette Medal Race sans pression puisque nous avions plutôt tout à gagner que tout à perdre. Ça facilite la navigation sur cette journée-là. C'était une super opportunité de pouvoir enchaîner directement après le Test Event sur le même plan d'eau et de pouvoir tout de suite travailler des points spécifiques. On a vraiment progressé cette semaine sur de nombreux points. C'est top, le bilan est plutôt positif. La Medal Race était vraiment sport et intense, on s'est battus jusqu'au bout avec l'Italien pour la victoire.

C'était la feuille de route qu'on s'était donné il y a un an. On savait qu'il nous restait que deux ans avant les Jeux, qu'il fallait être bons rapidement et nous avons plus ou moins bien suivi cette feuille de route ! "

Source : E Villers