jeudi 7 novembre 2019

Banque Populaire X 4e de la Jacques Vabre, "Ce que Clarisse Crémer et Armel Le Cléac'h réalisent est exceptionnel"

Alors qu’ils s’apprêtent à sortir du Pot-au-Noir, Clarisse Crémer et Armel Le Cléac’h tiennent toujours le rythme face aux foilers dans le peloton de tête de cette Transat Jacques Vabre. Ce jeudi, au dernier classement de 15h49, Banque Populaire X pointait en 4e position. Avant de prendre des nouvelles du bord, Ronan Lucas, le Directeur du Team, décrypte le bon parcours du duo et évoque le sprint final jusqu’à Salvador de Bahia (Brésil).


Crédit : BPCE

Une période délicate à gérer

« Ils espèrent vraiment être sortis du Pot-au-Noir. On constate que les 48 dernières heures ont été très compliquées avec de nombreuses zones sans vent. Pour les marins, ce sont des périodes délicates parce qu’il faut en permanence être aux réglages des voiles et du bateau pour espérer s’en extraire le plus vite possible. Il semblerait qu’on entrevoit enfin la sortie ! »

Un début de course détonnant

« Ce qu’ils réalisent depuis le départ est exceptionnel à bord d’un bateau qui a quasiment dix ans d’âge. Armel et Clarisse ont nettement animé la course. S’ils n’ont été premiers que de façon très brève, ils ont fait preuve d’une belle constance en restant toujours dans les cinq premiers. Ils sont à la bataille avec des bateaux bien plus récents et bien plus performants. Jusque-là, le duo a réussi à tirer la quintessence de Banque Populaire X. Ils n’ont quasiment eu aucun pépin technique à déplorer puisque depuis le départ, ils n’ont cassé qu’un bout de descente de dérive.

Tout donner jusqu’au bout

« Il va falloir faire un grand bord tout droit jusqu’à Bahia à 90° du vent. Ce sont des conditions qui sont nettement plus favorables aux foilers avec lesquels on se bat. Maintenant qu’on va rentrer dans un vent plus stable, de l’ordre d’une quinzaine de nœuds jusqu’à l’arrivée, et à l’angle favori des foilers, ce sera plus compliqué pour eux de tirer leur épingle du jeu. Mais on sait que Clarisse et Armel vont tout donner jusqu’au bout. »


Source : BPCE