jeudi 7 novembre 2019

Gilles Lamiré sur le Multi50 Groupe GCA aux portes de la victoire sur la Jacques Vabre, "ne pas faire d’erreur"

« En multicoque, tu fais une erreur, tu te retournes. Donc, tant que tu n’as pas franchi la ligne, il n’y a pas de victoire. La seule variable aujourd’hui, c’est nous. A nous de ne pas faire d’erreur. » confiait à la vacation Transat Jacques Vabre  de midi Antoine Carpentier à bord de Groupe GCA – Mille et un sourires, à 20 nœuds le long des côtes brésiliennes et à quelques heures de l’arrivée. Pendant ce temps-là, la majorité de la flotte des IMOCA souffre dans les orages, les grains, les pluies torrentielles et l’absence de vent du Pot-au-noir. Apivia (Dalin/Eliès) sort en tête de ce cafouillage équatorien avec 144 milles d’avance sur Charal (Beyou/Pratt). La flotte des Class40, elle, navigue dans une ambiance encore bien humide dans des alizés toniques et une nuée de poissons de volants, seuls Ian Lipinski et Adrien Hardy (Crédit Mutuel) ralentissent dans les prémices du Pot, avec leur douillet matelas d’avance de 53 milles sur la meute.


Crédit : GCA



Si le trimaran de Gilles Lamiré et Antoine Carpentier connaît par cœur la route du Café (5 participations, 3 victoires, 2ème dans la Baie de Tous les Saints en 2017 avec Erwan Le Roux et Vincent Riou), c’est avec prudence que l’équipage vise la ligne d’arrivée devant Salvador de Bahia. Le tandem n’est pas inquiet par Solidaires En Peloton – ARSEP distant de près de 200 milles et attendu vendredi 8 novembre dans l’après-midi. A bord de Primonial, à 870 milles de la Baie de Tous les Saints, c’est l’occasion rêvée pour Sébastien Rogues, skipper du bateau, d’appréhender son bolide dans ces alizés de sud-est soutenus.

Antoine Carpentier-Groupe GCA Mille et un sourires (Multi50)

« Ce sont les dernières manœuvres avant l’arrivée. Nous avons envoyé un petit gennaker, le but c’est d’arriver ce soir. On a entre 12 et 18 nœuds de vent d’alizé avec des grains de temps en temps. Derrière les grains, c’est plutôt assez calme. On croise des cargos, il faut faire preuve d’un peu de vigilance, ne pas se faire surprendre par un grain sous gennaker. L’avantage, c’est que de jour et on les voit arriver. Nous sommes sous pilote automatique. Le Fleet (communication par satellite) ne marche plus et donc nous ne recevons plus les positions des autres. Mais d’après nos informations, je pense qu’ils ont compris que ça ne servait à rien de mettre du charbon et ils ont levé le pied je pense. Depuis la sortie du Pot, ça commence à être bon. Après, ça reste du multicoque. Tu fais une erreur, tu te retournes. En multicoque, tant que tu n’as pas franchi la ligne, il n’y a pas de victoire. C’est évident qu’on a envie d’en parler ensemble avec Gilles. La seule variable aujourd’hui, c’est nous. A nous de ne pas faire d’erreur. On se voit à l’entrée de la Baie de tous les Saints avant minuit, heure brésilienne. »




ETA (HF) :

Multi50
Groupe GCA – Mille et un sourires : vendredi 8 novembre à 5h00
Solidaires En Peloton – ARSEP : vendredi 8 novembre à 15h30
Primonial : samedi 9 novembre à 11h30

IMOCA
Apivia : dimanche 10 novembre à 1h

Source : TJV