dimanche 3 avril 2016

Figaro / Top départ de la Transat AG2R, ce dimanche 13h08, "une première nuit difficile"

Larguez les amarres ! Ils ont quitté les quais de Concarneau ce matin. Ce dimanche à 13h08, les 15 équipages de la Transat AG2R LA MONDIALE vont s’élancer pour 3980 milles en Atlantique. Direction Saint Barthélémy. Bilan des prochaines 48 heures.  


Crédit : A Courcoux 



40 noeuds en rafale et mer croisée
A fond, aux aguets, sans dormir. Les 36 premières heures de course seront celles des chausse-trappes. Celles sur lesquelles les 30 skippers ont gambergé. Première semonce : le passage d’un front dès ce soir avec de possibles rafales à 40 nœuds et une mer croisée.

Après le parcours côtier disputé entre Port La Forêt et Concarneau, les 15 duos vont probablement faire cap à l’ouest à la rencontre de ce front. Dans le vent fort et la mer croisée, les moments de répit ne seront pas légion. « Ce sera une première nuit difficile. Sans beaucoup de repos. Heureusement, c’est le début de course et la plupart des marins sont alertes, ils ont de l’énergie pour attaquer les premières difficultés » commente Gilles Chiorri.


Vents faibles et variables au golfe de Gascogne
Dans la journée de lundi, un « un col dépressionnaire » circule dans le golfe de Gascogne, synonyme de vents faibles et variables en direction. Il faudra à tout prix éviter de décrocher dans cette zone de turbulences, sous peine de voir les premiers prendre la poudre d’escampette au portant. « On fera un premier décompte de points lundi soir, lorsqu’ils seront tous sous spi » poursuit le Directeur de Course.


Les Canaries en 6 jours
Mardi après-midi, au passage du cap Finisterre, le vent devrait souffler à plus de 30 nœuds. A la lisière de l’anticyclone des Açores, les alizés portugais sont bien installés et c’est toujours dans la brise, au portant, que la flotte déboulera le long des côtes de la péninsule ibérique avec, difficulté supplémentaire, une série d’empannages à effectuer. « Les routages nous donnent les Canaries en 6 jours » confie Gildas Mahé. En 2014, dans des conditions relativement similaires, les premiers avaient franchi cette marque de parcours en un peu plus de 7 jours.

par la rédaction
Source : Effets Mer


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?