dimanche 22 avril 2018

Transat AG2R / "On est heureux de partir," les mots des marins avant de larguer les amarres

Ils viennent de larguer les amarres. Les marins de la Transat AG2R LA MONDIALE prennent la parole. 







Credit : A Courcoux

Anthony Marchand (Groupe Royer – Secours Populaire) : « Je me suis levé à 5h30, ce matin, c'est un peu trop tôt quand même. Vivement ce soir qu'on se couche, hein ? Avec Alex (Loison), on est heureux de partir, il est temps d'en découdre ».

Thierry Chabagny (Gédimat) : « La mise en route, c'est le passage du monde terrien au monde marin. Rien n'est facile. L'estomac souffre, mais il faut aussi prendre le rythme des quarts, s'acclimater au sommeil par tranches de trente minutes à une heure et demie ou deux heures. Moralement, tu prends dans le nez le fait que tu pars pour un mois et la pression de la course ».

Romain Attanasio (Bretagne CMB Espoir) : « Contrairement à d'habitude, je n'ai pas si bien dormi que ça, mais ce n'est pas bien grave. Le scénario est encore compliqué. On sait que ça sera mou aujourd'hui, que ça va durcir sérieusement à l'approche des côtes du Portugal mais, ensuite, les fichiers diffèrent vraiment. Si l'un à raison, on va glisser dans l'alizé très rapidement ; si c'est l'autre, ça sera la guerre. Et on sait tous ce qu'on préfère. Il reste dix jours, on verra ce qu'il en sera quand on sera à hauteur de Gibraltar ».

Christopher Pratt (Guyot Environnement) : « C'est toujours simple sur les fichiers météo, mais dans la réalité, ce ne sera pas si facile que ça : il faut rester réactif et méfiant pour cette phase du golfe de Gascogne. Une dorsale peut créer des écarts décisifs pour la suite… Et après, il y a la partie portugaise qui va être vraiment tonique : il ne faudra pas casser le bateau, pas déchirer de voiles ! Et comme ça va continuer à partir par devant, il ne faudra pas lâcher grand-chose. Le compromis s'annonce assez complexe à négocier. Certes on part sous le soleil concarnois pour aller sous le soleil canarien puis antillais, mais la route est pavée d'attentions, bonnes ou mauvaises… »


Vous conseille : Top départ demain dimanche de Concarneau, vent faible pour commencer



Source : TALM