lundi 8 octobre 2018

Sébastien Marsset au départ de sa première Route du Rhum : "le Top 5 sera compliqué mais pas infaisable" - Class40

Il s'élancera à l'assaut de l'Atlantique en catégorie Class40. A bord du Sabrosa Tohapi, Sébastien Marsset prendra part à sa première Route du Rhum en novembre prochain. Le marin, qui s'est d'abord fait connaitre lors de la Volvo Ocean Race sur Alvimedica durant l'édition 2014 avant d'intégrer l'écurie de Yann Guichard avec le Trophée Jules Verne 2015-2016 à bord de Spindrift 2, goûte maintenant au solitaire. Meneur de projet, il raconte. 


Crédit : E Allaire


Sophrologie et hypnose pour une meilleure préparation

" Avec Groupama sur la Volvo Ocean Race 2012, Spindrift 2 et Alvimedica, j'ai cotoyé et travaillé avec de grands skippers. J'ai donc pas mal appris. Après, c'est à moi de m'en nourrir. Dans la gestion de mon projet, j’ai essayé de visualiser où je me situais dans chaque domaine. Et j'ai senti, par exemple, que la préparation physique était un domaine dans lequel j'étais plutôt fort. Pour la Route du Rhum en Class40, je peux la gérer tout seul.

Par contre, je pouvais faire des progrès sur la gestion de la fatigue et du stress. J'ai des lacunes de ce côté là : réussir à pouvoir se relâcher, faire abstraction de préoccupations qui n'en sont pas et qui empêchent de pouvoir se concentrer sur ce qu'il y a à faire. Je me suis donc mis à la sophrologie et l'hypnose. Tout ce temps à terre sur le village avant le départ de la Route du Rhum est quasiment aussi long que la période de course. Si la sophrologie m'aide sur ce laps de temps, ce sera déjà énorme."


Jean Luc Nélias intervenant sur la Normandy Channel Race

"Jean Luc Nélias, routeur chez Sodebo, était venu naviguer avec moi pendant la Normandy Channel Race. Malheureusement, on a cassé le bout dehors et abandonné la course. Nous avons beaucoup travaillé ensemble sur l'aspect performance, routage et météo. Il s'est beaucoup investi et plaçait le curseur un peu plus haut que moi."


Objectif Top 5 sur la Route du Rhum

"Je vise un Top 5 ! Je sais que c'est hyper ambitieux mais un objectif, s'il est facile à atteindre, c'est qu'il n'est pas suffisant. Atteindre le Top 5 sera compliqué, mais je ne pense pas que ce soit infaisable. Bien sûr, le bateau, un Sabrosa de 2014, n'a pas le potentiel des dernières générations. Mais nous avons beaucoup réduit l'écart par rapport aux nouveaux Class40. Sans oublier que la manière dont je vais exploiter le bateau joue aussi dans la performance."


L'après Route du Rhum

"Même si, on est dans la dernière ligne droite avant le départ de la Route du Rhum, on pense forcement à l'après course. J'aimerais bien continuer à faire ce que je fais aujourd'hui. Après deux tours du monde en équipage, mon souhait serait de continuer de mener un projet de course au large en solitaire ou en équipage réduit. Je ne dis pas que si l'opportunité se présente de refaire une Volvo Ocean Race ou un Jules Verne, je dirais non. En tout cas, ma volonté serait de continuer à construire ce qu'on a commencé cette année."


Derniers entraînements et paquetage avant de rejoindre Saint-Malo

"Après les derniers jours d'entrainement à Lorient Grand Large cette semaine, on va se focaliser sur la partie empaquetage. La configuration du bateau va être figé. Il restera une grosse semaine à Lorient. Petit à petit, je vais m’immerger dans la météo et larguer les amarres de Lorient pour convoyer jusqu'à Saint Malo. Si j'arrive à me libérer du temps pour le passer avec mon fils, je serai content."


Vous conseille : Nouveaux mât et safrans, le Class40 Campings Tohapi de Sébastien Marsset prêt à poursuivre la saison - 26 juin 2018



Recueilli par E Allaire