lundi 12 novembre 2018

Les marins de la Route du Rhum félicitent Francis Joyon : "Un mec incroyable qui s’est fait à la force du poignet"

« Pour l'histoire, c'est génial ! », s’est exclamé Vincent Riou. La victoire, cette nuit, de Francis Joyon à l’issue d’un haletant mano a mano avec François Gabart a été saluée lundi par les nombreux marins de la Route du Rhum encore en mer. Petit florilège.


Credit : Y.Zedda



Beaucoup ont d’ailleurs tenu à saluer l’exploit sportif d’un marin parvenu, la soixantaine passée, à dompter un trimaran de plus de 30 mètres pendant 7 jours 14 heures et des poussières. Kito de Pavant, 57 ans, quatrième en Class40 sur Made in Midi, a apprécié : « C’est incroyable ce qu’il arrive à faire à plus de 60 ans, ces bateaux demandent beaucoup de dépense d’énergie. Ça me fait plaisir que ce ne soient pas toujours les petits jeunes qui gagnent, c’est bien qu’il y ait de la place pour les grandes figures comme Francis. 

C’est quelqu’un de très inspirant, un mec incroyable qui s’est fait à la force du poignet, il a vécu des galères, il a une hargne et une soif de repousser les limites vraiment impressionnantes, un grand bonhomme de la voile ! »


Loick Peyron : "concocter cette cuisine discrète, sans artifice mais terriblement efficace"

Loïck Peyron, qui avait 55 ans il y a quatre ans lorsqu’il s’était imposé sur le même bateau, a tenu à féliciter le vainqueur : « Bravo Francis, tu confirmes, non seulement que les vieux pots font les bonnes soupes mais qu’un « vieux » chef en a toujours sous la toque. 

Toi qui donnes parfois l’impression de ne pas aimer la compétition, tu serais même du genre à rendre tes étoiles pour ne pas subir la pression et continuer de concocter cette cuisine discrète, sans artifice mais terriblement efficace. Évidemment, ce genre de plat a parfois un goût amer pour ceux qui n’ont pas ton palais. 

Chacun sait que tu n’as nul besoin des honneurs, et pour ne pas en faire trop, je suis presque certain que tu vas vite trouver le moyen de fuir les obligations terriennes en prétextant l’urgence de ramener ton navire par la mer et profiter encore de ton royaume ».


"Un incroyable dénouement pour un incroyable marin"

Beaucoup ont aussi souligné la ténacité d’un marin qui, à un moment où il accusait quelques 150 milles de retard sur François Gabart, n’a jamais cessé d’appuyé sur la pédale d’accélérateur, pour finalement faire la différence lors du tour de la Guadeloupe. « J’ai suivi le match, c’est complètement barge, hyper cruel pour François, mais Francis a maintenu la pression et il a dû vraiment très bien naviguer », observe de son côté Armel Tripon, actuel leader en Multi50 sur Réauté Chocolat.

Yann Eliès (IMOCA Ucar-St Michel) en appelle à l’édition précédente : « Francis m’avait fait la même chose il y a quatre ans. Il m’avait doublé sur le tour de l’île. Il doit avoir une bonne étoile, un feeling particulier avec la Guadeloupe. Je suis heureux pour lui, c’est vraiment un incroyable dénouement pour un incroyable marin. »


"Le sport est une aventure avant de devenir une industrie"

Du haut de ses 25 ans, Alan Roura (IMOCA) ne cache pas non plus son admiration : « C’est fantastique la bagarre qu’il a menée jusqu’au bout. Je ne connais pas vraiment Francis, mais c‘est un personnage qui me fait rêver ». 

« Je vous l'avais dit, ce Joyon est un bonhomme ! Je n'enlève rien au talent et à la jeunesse de François, mais il mérite un livre, son style rappelle que le sport est une aventure avant de devenir une industrie », ajoute Sidney Gavignet, en tête des Rhum Mono sur Café Joyeux.

Enfin, tous ont tenu à associer dans leurs éloges François Gabart, rappelant que pour faire un beau vainqueur, il faut un beau deuxième.

Source : RDR