mercredi 7 novembre 2018

Chavirage de Banque Populaire IX sur la Route du Rhum, Armel Le Cléac'h a vu le flotteur partir - ITW

Le chavirage de Banque Populaire IX a eu lieu hier midi. Armel Le Cléac'h avait déclenché sa balise de détresse avant d'être secouru à 21h30 hier soir. Le skipper avait déjà subi le même sort en avril dernier, alors en faux solitaire lors d'un convoyage. Sain et sauf, le marin est aujourd'hui à bord d'un navire de pêche, en route vers les côtes espagnoles qu’il devrait rejoindre d’ici vendredi. Ronan Lucas, directeur du Team Banque Populaire qui a pu échanger avec le skipper, nous livre ses premières informations sur le chavirage du Maxi Banque Populaire IX.




Comment va Armel ?

Ronan Lucas : "Il va bien, il est à bord du chalutier espagnol qui a pu le récupérer hier, il se dirige vers les côtes espagnoles qu’il devrait toucher vendredi. Il est pressé de retrouver sa petite famille.


Quelles étaient les conditions en mer au moment de la casse ?

Au moment de la casse, on est à l’endroit où l’on souhaitait être avant même le départ de Saint Malo. C’était la stratégie que l’on avait. On s’était fixé des conditions de mer et de vent maximums que l’on n’a pas dépassées. Nous n’avons pas pris plus de risque parce que l’on avait fait une escale.

On était dans le tempo prévisionnel que l’on avait prévu. Il y avait 30/35 nœuds de vent, 5 mètres de mer, Armel maîtrisait parfaitement son sujet, il allait sortir de ce vent un peu costaud dans les 3 à 4 heures de course qui allait suivre, on l’avait eu peu de temps avant et tout allait bien à bord.


Pouvez-vous nous raconter les circonstances du chavirage ?

De ce que nous a expliqué Armel, au moment du chavirage, il était 3 ris J3, la plus petite voilure que l’on peut avoir sur le maxi trimaran. Il faisait donc attention de ne pas aller trop vite avec le bateau parce que la mer était d’une hauteur de 5 mètres et il ne voulait pas prendre de risque particulier. D'un coup, il a entendu un « crac », il a vu le flotteur qui partait et le bateau a chaviré après la perte du flotteur.


Comment s’est déroulée l’opération de sauvetage ?

Nous avons appris hier après-midi qu’un chalutier espagnol présent sur zone allait se dérouter pour récupérer Armel. Ce dernier est arrivé en soirée sur le trimaran et ils ont pris la décision avec Armel d’effectuer l’opération de sauvetage. Chose qui a été réalisée relativement rapidement. Armel a mis son radeau de survie à l’eau et il est monté dedans, le chalutier espagnol lui a lancé un cordage pour le ramener et l’a hissé à bord. C’est une opération qui a été rondement menée, Armel nous a appelés aux alentours de 22h00 pour nous dire que l’opération était terminée et que tout allait bien.


Comment se déroule l’opération de récupération du bateau ?

Après le sauvetage d’Armel qui était vraiment la priorité, nous nous consacrons maintenant à la récupération du bateau. Une équipe du Team Banque Populaire est parti aux Açores rejoindre une autre équipe affrétée par les assureurs du Maxi Banque Populaire IX. On espère pouvoir prendre la mer d’ici 24 heures pour rejoindre la position du bateau et pouvoir le tracter vers la côte."

Source : BPCE