jeudi 8 novembre 2018

François Gabart distance Francis Joyon, Nicolas Troussel et Morgane Poupon rejoignent la terre - Route du Rhum

Si en tête de la flotte de la Route du Rhum, les deux ULTIME de François Gabart et Francis Joyon peuvent souffler un peu avec des conditions proches d’un alizé, il n’en est pas de même pour les derniers monocoques Rhum encore dans le golfe de Gascogne. Or une nouvelle dépression est attendue ce jeudi soir : il faut sortir du golfe de Gascogne au plus vite.



Credit : Hocus Focus

Car cet entonnoir atlantique est encore particulièrement mouvementé pour cause de deux dépressions passées en trois jours, générant une mer très forte et très désordonnée qui ne permet pas de progresser très vite vers le Sud.


Une troisième dépression arrive

Ce jeudi soir, une troisième dépression arrive au Nord des Açores pour balayer une nouvelle fois tous ceux qui n’ont pas encore franchi la latitude du cap Finisterre. Et ils sont encore une bonne vingtaine dans ce cas. Pour les autres, les conditions de navigation sont dures puisqu’il y a trente nœuds de Sud-Ouest à Ouest avec des vagues de plus de quatre mètres, pas toujours bien ordonnées.


François Gabart décroche Francis Joyon

Et la suite ? Cette journée de jeudi devrait être relativement agréable pour les deux trimarans en tête. François Gabart, de son coté, a réussi à décrocher Francis Joyon dans cette phase transitoire avec une centaine de milles de marge. Il compte désormais 120 milles d'avance sur son seul poursuivant, Remade de Romain Pilliard étant à l'arrêt à La Corogne.


François Gabart à la vacation de 10 heures :

« Ça se passe vraiment pas mal ! Je suis bien content de ce que j’ai fait cette nuit. Je me suis bien battu pour faire avancer le bateau. On est dans le prolongement du front qui permet de descendre vers l’alizé. Je suis assez content, le bateau ne va pas trop mal. Les tensions de lattes ne sont pas parfaites mais il y a moins de tension d’écoute de voile au portant. C’est vraiment du détail et ça ira sans souci jusqu’en Guadeloupe.

Je suis à fond sur le bateau, je ne vais pas me relâcher même si je vais veiller à ne pas perdre d’énergie inutilement. Je ne vais pas faire n’importe quoi et attaquer comme un malade mais on va tenter de gagner par-ci- par-là quelques milles. »


IMOCA

Ils convergent vers le même point avec probablement un contact entre le Britannique Alex Thomson, le plus à l’Ouest, et le duo Paul Meilhat-Vincent Riou qui a fait le break.


MULTI50

Armel Tripon est aussi dans les parages et devrait ainsi augmenter son avance sur Lalou Roucayrol, collé aux côtes portugaises, mais surtout vis-à-vis du groupe du Nord qui va encore devoir tricoter dans une mer pourrie. Une mer qui doit sérieusement ralentir le peloton des Class40, encore enferré dans ce golfe de Gascogne, même si certains comme le leader Yoann Richomme ou le Méditerranéen Kito de Pavant peuvent espérer sortir de la nasse dès ce jeudi soir.


CATEGORIES RHUM

Enfin, les deux catégories Rhum peinent à s’extraire de ce golfe de Gascogne très mouvementé : Loïck Peyron continue de tirer des bords le long de la côte Nord espagnol, suivi par Yann Marilley et Gilles Buekenhout, quand François Corre, Étienne Hochédé ou Jean-François Lilti affrontent des conditions de mer très dures. Quant à Sidney Gavignet en Rhum Mono, il a réussi à coller aux basques des meilleurs Class40.


POINT AVARIES 

Fabrice Payen a démâté (Rhum Multi)

Le skipper du trimaran de 50 pieds Team Vent Debout, Fabrice Payen, a annoncé avoir démâté ce matin alors qu’il naviguait à environ 230 milles dans l’ouest du Portugal. C’est la cadène tribord, au vent, qui s’est arrachée, provoquant la chute du mât. Fabrice va bien. Il sécurise son bateau en larguant le gréement. Il pourra ensuite faire route au moteur vers un port Espagnol ou Portugais pas encore déterminé. Fabrice Payen réalisait un superbe début de course sur cette Route du Rhum puisqu’il occupait la deuxième place du groupe Rhum Multi au moment du démâtage.


Ciela Village (Multi50) : chariot de tête de grand-voile

Dans un grain à 55 noeuds, vers 3h30, le chariot de tête de grand-voile (pièce qui permet à la grand-voile de coulisser dans le rail du mât et qui la maintient solidaire du mât) a cassé. Thierry Bouchard navigue actuellement sans grand-voile et sous ORC seul. Il fait donc une route au vent arrière.


Nicolas Troussel (Class40) met le cap sur Lisbonne

Alors que Nicolas Troussel pointait à la sixième place du classement en Class40 dans des conditions en mer toujours chaotiques, les deux aériens de son bateau ont cassé lors du passage d'un gros grain. Ces pièces étant majeures car elles servent à diriger le bateau, le skipper de Corum a décidé de se dérouter vers le port de Lisbonne afin de réparer.


Morgane Poupon Ursault (Class40) s'abrite

La skipper de Fleury Michon Bio a envoyé un message ce jeudi matin pour indiquer qu'elle faisait route vers le nord de l'Espagne pour tenter de se mettre à l'abri du violent coup de vent annoncé vendredi. "Ce n'est pas une décision facile que de faire escale, mais encore une fois, je préfère arriver un peu plus tard que ne pas arriver du tout. L'idéal pour moi aurait été un stop à La Corogne car ensuite, la sortie vers le sud est à deux pas, mais là encore, ce n'est pas chose simple que de pouvoir y arriver. La meilleure option qui se profile semble être une escale à Gijon ou de longer la côte nord espagnole sous le vents des montagnes, bien à l'abri, je devrais y arriver demain en milieu de journée."


ROUTE DU RHUM - Classement à 7h45

ULTIME
1. GABART
2. JOYON à 113 milles
3. PILLIARD (en arrêt à La Corogne)

MULTI 50
1. VAUCHEL
2. LE ROUX à 47 milles
3. TRIPON à 112 milles

IMOCA
1. THOMSON
2. MEILHAT à 61 milles
3. HERRMANN à 75 milles

‏CLASS40
1. RICHOMME
2. SHARP à 21 milles
3. CHAPPELLIER à 25 milles

RHUM MULTI
1. ANTOINE

RHUM MONO
1. GAVIGNET

Par la rédaction
Source : RDR