jeudi 15 novembre 2018

Isabelle Joschke après son dématage sur la Route du Rhum : "Remettre mon joli bateau sur pieds" - IMOCA

Suite au démâtage de son IMOCA MONIN, survenu dans la nuit du lundi 5 au mardi 6 novembre, Isabelle Joschke a vécu un voyage retour particulièrement éprouvant en direction de Lorient. La navigatrice a mis trois jours à remonter le Golfe de Gascogne pour rallier la terre ferme. Arrivée à sa base le vendredi midi, la skipper accuse le coup avant de repartir encore plus forte dès la saison prochaine.


Credit : B.Stichelbaut



Alain Gautier, le team manager : "Bien réfléchir en vue de la préparation du Vendée Globe"

"Tout le gréement est parti au fond de l’eau. Il est donc difficile pour l’équipe de déterminer précisément la cause de cette avarie. La totalité des haubans avait été changée lors de la saison 2017 et devaient tenir jusqu’à la fin du prochain Vendée Globe. Un virement impromptu du pilote automatique est une situation susceptible de se produire et à laquelle les marins sont préparés. 

Les gréements sont conçus pour subir les contraintes liées à ce genre d’erreur de manœuvre imprévue. Il faut savoir que le gréement de Monin est de style classique, comme six autres soixante pieds de sa génération (2007). Nous savons que ce type de gréement est moins tolérant que les modèles assortis d’outriggers, et c’est pour cette raison que les Imoca les plus récents n’en sont plus équipés.

Cette avarie va nous amener à bien réfléchir en vue de la préparation du Vendée Globe et Lanic Sport Team va tout mettre en œuvre pour apporter les solutions qui permettront à Isabelle de repartir sereine lors de ses prochaines courses."


Isabelle Joschke : "très vite regarder vers l’avant"

" Ce départ de Route du Rhum restera pour moi un moment inoubliable. Un grand merci à tous ceux qui m'ont témoigné leurs encouragements avant et après cette fortune de mer. Ce genre d’incident n'est jamais facile à vivre, même lorsque ce n'est pas la première fois. 

Cela fait partie des expériences qui construisent un marin. Nous allons à présent très vite regarder vers l’avant et tâcher de remettre mon joli bateau sur pieds ! 

Quant à moi, je me prépare à rejoindre ma famille en Guadeloupe, afin de me ressourcer et de me remettre un peu de ces émotions."

En parallèle, le team poursuit activement sa recherche d’un second partenaire pour rejoindre MONIN au rang de sponsor titre.

Par la rédaction
Source : C.Le Naour