mercredi 13 février 2019

Adrien Hardy déterminé à être au départ de la prochaine Solitaire du Figaro : "Un nouveau bateau à apprivoiser"

Comme nombre de ses concurrents figaristes, Adrien Hardy a repris son programme sportif et ses entrainements sur l’eau. Le marin nantais se prépare avec rigueur mais, en ce début d’année 2019, il n’a pas encore de partenaire officiel pour lui permettre de se lancer dans l’aventure après l'arrêt du partenariat avec Agir Recouvrement.


Credit : A.Courcoux

Entraînement avec Thomas Ruyant

 A 6 mois du départ de Nantes, sa ville natale, Adrien Hardy est confiant pour réussir à s‘aligner dans les meilleures conditions sur la 50e édition de la Solitaire Urgo le Figaro.

A 34 ans, Adrien Hardy précise : « Je suis content de reprendre les entrainements en double avec Thomas (Ruyant) ! Je suis sur une bonne dynamique sportive. J’aimerais poursuivre cette très bonne série en 2019, il n’y pas de raison que ça s’arrête. J’espère de tout cœur être au départ de la Solitaire à Nantes en juin. »


Adrien Hardy : "développer son esprit de curiosité"

Depuis la reprise des entrainements, le marin nantais découvre le nouveau bateau de la classe Figaro : « Je suis très heureux de repartir en mer et de découvrir le Figaro 3 : j’ai bien évidemment beaucoup de réflexes du Figaro 2, mais c’est un nouveau bateau qu’il faut apprivoiser. 

Je vis cette phase d’apprentissage avec grand intérêt : il faut développer son esprit de curiosité, de la rigueur dans les réglages, mettre en éveil nos sens marins et acquérir des données pour avoir un usage optimal du bateau. Avec le Figaro III, nous avons un bateau plus moderne avec un choix de voiles plus important qui offrira des trajectoires plus variées, ce qui nous rapproche du fonctionnement en mini 6.50, en Class40, et en IMOCA. »


Participer à sa 11e Solitaire du Figaro 

Cette année, La Solitaire réunira un plateau hors-norme de grands noms de la voile qui reviennent sur le circuit : Loïck Peyron, Michel Desjoyeaux, Armel Le Cléac’h, Jérémie Beyou, Yann Eliès, Charles Caudrelier… « La présence de skippers de très haut niveau me motive d’autant plus. Je suis un compétiteur dans l’âme, je mets tout en œuvre pour être au départ de la Solitaire afin d’être performant et prêt le jour J. Beaucoup d’éléments me mettent dans de bonnes dispositions pour cette Solitaire. 

Je vois le départ de Nantes comme un signe favorable car je connais bien les lieux : c’est là où j’ai commencé la voile à l’âge de 7 ans, je suis toujours licencié au club du SNO Nantes, et j’ai déjà pris un départ de là-bas en 2012 avec la Solidaire du Chocolat. Il y aura ensuite une étape à Kinsale où j’ai gagné ma première victoire en 2010. L’arrivée aura lieu à Dieppe qui m’a réussi à 2 reprises avec une autre victoire d’étape il y a 4 ans et ma 2e place au classement général il y a 2 ans. »

Source : TB Press