jeudi 21 février 2019

Kojiro Shiraishi fait construire un IMOCA : "je veux être le premier Asiatique à terminer le Vendée Globe"

Premier concurrent asiatique à prendre part au Vendée Globe en 2016, Kojiro Shiraishi avait abandonné sur démâtage. Le marin japonais retentera sa chance en 2020 avec un bateau neuf, DMG Mori, un plan VPLP qui devrait sortir du chantier Multiplast en septembre prochain. En attendant, le skipper fait son apprentissage sur l'ex-Safran de Morgan Lagravière, sous la houlette de Roland Jourdain. 


Credit :  Team Kojiro Shiraishi

Kojiro, qu’est-ce qui motive votre retour sur le Vendée Globe 2020 ?

« Parce que j’ai abandonné en 2016 et que je veux achever ce que j’ai entrepris. C’est un grand honneur d’être devenu le premier Asiatique à participer au Vendée Globe. Maintenant, je veux devenir le premier à le terminer. C’est la seule course qui me rend plus fort, qui me donne envie de me surpasser. »


Pourquoi avoir choisi de construire un plan VPLP, à partir du moule de Charal ? 

« Le moule de Charal était disponible au moment du lancement de la construction et nous avons été en mesure de le louer. C’était selon nous la meilleure solution pour pouvoir respecter notre calendrier d’entraînement menant au Vendée Globe. »


Charal est un bateau extrême. Comment vous préparez-vous à cette nouvelle manière de naviguer à très haute vitesse ?

« Depuis début février, nous nous entrainons à Cascais, au Portugal, sur l'ex Safran, avec Roland Jourdain. Ces entraînements vont se dérouler jusqu’à fin mars et nous essayerons de continuer à naviguer en France. C’est intéressant de commencer à acquérir des automatismes sur un bateau aussi puissant. 

Sur mon nouveau bateau, les foils seront différents mais le mât et le système de quille identiques, car monotypes. Nous voulons construire un IMOCA puissant, mais nous souhaitons avant tout qu’il soit simple et fiable. »


Quel sera le programme entre la mise à l’eau en septembre et le Vendée Globe 2020 ?

« Nous allons essayer de prendre part à la Transat Jacques Vabre fin 2019 puis, en 2020, à The Transat et à la New York-Vendée. Il y aura aussi beaucoup d’entraînements pour bien connaître le bateau et le tester dans la perspective du Vendée Globe. »


Vous conseille : Vendée Globe / Spirit of Yukoh a démâté, le Japonais Kojiro Shiraishi doit abandonner - décembre 2016



Par la rédaction
Source : Mer et Media