samedi 4 mai 2019

Maxime Sorel en mode découverte sur la Bermudes 1000 Race : "je n’aurai jamais navigué en solo sur mon IMOCA"

Depuis le 8 avril et la mise à l’eau de l'Imoca V and B – Sailing Together, Maxime Sorel a procédé à de nombreux tests techniques du Plan VPLP – Verdier afin qu’il soit prêt pour les deux premières compétitions de la saison : le Grand Prix Guyader ce week-end à Douarnenez et la Bermudes 1000 Race, 2000 milles en solitaire entre Douarnenez et Brest. "J’ai dit à plusieurs reprises que j’allais avoir le mode d’emploi sur les genoux mais je me suis rendu compte qu’il n’y en avait pas."


Maxime Sorel en mode découverte
Credit : T.Velly

Initiation au Grand Prix Guyader

« Sur ce Grand Prix Guyader, nous serons vraiment dans l’initiation » insiste Maxime Sorel. « Nous allons profiter de cette course en équipage pour continuer la préparation du monocoque avec notamment notre maître-voilier de chez Incidence qui montera à bord afin de dessiner nos prochaines voiles. 

L’idée est de découvrir le bateau en équipage en faisant un maximum de manœuvres car nous avons fait vraiment que de la technique de fiabilisation depuis la mise à l’eau à Concarneau. Cela va me permettre d’appréhender mon voilier avant la Bermudes 1000 Race et de m’occuper peu à peu de la perf ! »


Le mode d’emploi sur les genoux

« La Bermudes 1000 Race sera une grande première pour moi car je n’aurais jamais navigué en solitaire sur ce bateau » enchaîne le parrain national de « Vaincre la Mucoviscidose ». « Quand mes préparateurs vont me lâcher peu de temps avant le départ, je vais vraiment découvrir V and B – Sailing Together seul en mer. 

Cela fait un peu peur car c’est une grosse machine qui est très toilée et qui demande beaucoup d’anticipation. Je vais être très prudent et il faudra que j’apprenne à lever le pied. Cela ne sera pas évident psychologiquement car j’avais l’habitude de cravacher en Class40.

Mon objectif est de finir cette course et d’apprendre, écouter les bruits générés…  J’ai dit à plusieurs reprises que j’allais avoir le mode d’emploi sur les genoux mais je me suis rendu compte qu’il n’y en avait pas. C’est moi qui vais le créer ce mode d’emploi, à ma manière avec la démarche de l’adapter à ma façon de naviguer. »

Par la rédaction
Source : TB Press