mardi 12 novembre 2019

Sébastien Simon et Vincent Riou 9e de la Transat Jacques Vabre, sans foil à l'arrivée : "C’est frustrant"

C’est dans la nuit de dimanche à lundi, à 00h53 locale (4h53 heure française) que Sébastien Simon et Vincent Riou ont rallié Salvador de Bahia. Après plus de 14 jours de course, le duo d’ARKEA PAPREC a posé pied à terre au Brésil à la 9e place de la Transat Jacques Vabre 2019. Ils ont rallié en course la baie de Tous Les Saints malgré un bateau diminué dès le départ du Havre.


Credit : JL Carli


Aucun foil à l'arrivée

Sébastien Simon et Vincent Riou sont avant tout des compétiteurs. Difficile dès lors d’accepter de prendre le départ d’une transatlantique avec un bateau amputé de son foil bâbord. Ils se sont pourtant  élancés sur la Transat Jacques Vabre pour optimiser l’utilisation de leur monocoque tout récemment mis à l’eau.

Le duo s’est vite installé dans le top 10. A la sortie du pot-au-noir, vendredi, Sébastien et Vincent ont même commencé à entrevoir la possibilité de bien figurer à Salvador. Alors 5e de la course, ils se réjouissaient de pouvoir naviguer à vive allure au reaching, appuyé sur son foil tribord.

Mais alors qu’ils progressaient dans des conditions maniables, les deux hommes ont dû constater la rupture du deuxième foil sur Akea Paprec.


Sébastien Simon, skipper d'Arkea Paprec : "C’est frustrant"

« C’est frustrant mais on va en retenir l’expérience. C’est la première transat d’ARKEA PAPREC. Il nous reste encore beaucoup de travail mais nous avons vu le potentiel de ce bateau. Maintenant, place à la saison suivante ! 

Nous aurions préféré être un peu plus aux avant-postes mais malheureusement la casse de notre second foil ne l’a pas permis. Les trois derniers jours ont été durs. On voyait nos camarades de devant s’éloigner et d’autres nous rattraper. »


Vincent Riou : « Une partie de la mission est accomplie mais il y a une grosse frustration sportive. C’est le jeu… Ni Sébastien, ni moi avons l’habitude de participer à des courses pour faire de la figuration et nous avons eu l’impression de subir pas mal de choses. Nous allons retourner travailler et nous serons là la saison prochaine ».

Sébastien Simon devrait repartir en convoyage du Brésil dans quelques jours pour rallier Port-La-Forêt au plus vite et travailler avec son équipe au chantier de son monocoque. La saison prochaine est dense avec notamment deux transatlantiques en solitaire à effectuer avant de s’aligner sur l’objectif central du projet ARKEA PAPREC, le Vendée Globe 2020.


Source : Effets Mer