mardi 12 novembre 2019

François Jambou à moins de 500 milles de l'arrivée sur la Mini Transat, deux démâtages à déplorer

François Jambou est ce matin à moins de 500 milles de l’arrivée au Marin en Martinique. Le leader de la Mini Transat en proto peut entrevoir une arrivée victorieuse d’ici deux jours. Un peu plus de 100 milles derrière, Ambrogio Beccaria est lui aussi en très bonne posture pour l’emporter en série et réaliser un joli doublé après sa victoire dans la première étape. Plus en arrière de la flotte, les avaries se multiplient. Deux concurrents (Irina Gracheva et Julien Berthélémé) naviguent sous gréement de fortune. 


Crédit : Ch Breschi

Proto : Voie royale pour François Jambou

Avec près de 100 milles d’avance sur Axel Tréhin (945) à moins de 500 milles de l’arrivée, François Jambou (965) a pris une très belle option pour la victoire finale. Pour rappel, l’écart entre les deux hommes n’était que de six minutes (en faveur d’Axel) à l’issue de la première étape. Erwan Le Méné (800) est solidement installé à la 3e place.

Pourra-t-il combler le retard accumulé sur la première étape et monter sur le podium au classement général ? Erwan avait cinq heures de retard sur Tanguy Bouroullec (969) en s’élançant de Las Palmas de Gran Canaria. Tanguy qui est ce matin relégué à plus de 50 milles d’Erwan. La flotte des protos s’étire sur près de 800 milles entre François Jambou et Marie Gendron (930), 20e.


Série : La flotte divisée en trois grands groupes

En série, trois grands groupes se dégagent. Le premier est composé du leader Ambrogio Beccaria (943) et de ses poursuivants. Dans l’axe de l’intouchable Italien, Benjamin Ferré (902) et Nicolas D’Estais (905) sont quasiment bord à bord, suivis de près par Félix de Navacelle (916), légèrement décalé au Nord. Lauris Noslier (893) attaque franchement dans le Sud. Etant donné la météo mollissante des prochains jours et de son léger retard sur le groupe, Lauris a tout intérêt à tenter un coup.

A noter que Pierre Le Roy (925), météorologue dans la vie civile, se décale également dans le Sud. On verra dans les prochaines heures si ce positionnement au Sud s’avère payant.

Le deuxième groupe est composé des coureurs classés de la 7e (Guillaume Quilfen) à la 15e place (Florian Quenot). Si les espoirs de podium semblent compromis, ces neufs marins se livrent une belle régate et ne lâchent rien. Mention spéciale pour Amélie Grassi (944) qui poursuit sa remontée et pointe ce matin en 14e position. Juste derrière ce groupe, on trouve Kevin Bloch (697) et Violette Dorange (955) qui tracent leur route en faisant leurs propres choix. Hors de portée VHF de leurs camarades, ils vivent une vraie transat initiatique.


Dématages

Les deux concurrents qui ont démâté hier ont réussi à mettre en place des gréements de fortune qui devraient leur permettre de rallier la Martinique sans encombre. Irina Gracheva (579) et Julien Berthélémé (742) sont ce matin (pointage de 9h) à 1100 milles de l’arrivée. Les deux marins vont devoir s’armer de patience et se restreindre sur la nourriture.

Suite à la casse d’une barre de flèche, Anne Beaugé (890) prévoit de monter au mât afin de sécuriser son gréement. Elle attend toutefois qu’un bateau accompagnateur la rejoigne pour réaliser l’opération en sécurité.


Mini Transat - Classement à 9h 


PROTO
1- François Jambou (865 – Team BFR Marée Haute Jaune) à 481,2 milles de l’arrivée
2- Axel Tréhin (945 – Project Rescue Ocean) à 99,7 milles du premier
3- Erwan Le Méné (800 – Rousseau Clôtures) à 243,2 milles du premier

SERIE
1- Ambrogio Beccaria (943 - Geomag) à 598,6 milles de l’arrivée
2- Benjamin Ferré (902 – Imago Incubateur D’aventures) à 80,2 milles du premier
3- Nicolas D’Estais (905 – Cheminant-Ursuit) à 85,5 milles du premier

Source : A.Bargat