vendredi 24 août 2018

Philippe Péché contraint d'abandonner la Golden Globe Race, VDH à Bonne Espérance ce soir

Le leader de la Golden Globe Race Jean-Luc Van Den Heede sur son Rustler 36 Matmut doit passer le Cap de Bonne Espérance vers 20h UTC aujourd’hui, la première des 3 étapes majeures de cette course autour du monde en solitaire et à l'ancienne. Mais l'attention est retenue par Philippe Péché, grand animateur de ce début de course. Le skipper, qui fait route vers Le Cap, devra abandonner pour avoir enfreint les règles de course.


Philippe Péché contraint d'abandonner la Golden Globe Race
Credit : GGR

Interdiction d'utiliser le téléphone satellite

Pendant ce temps, deux autres marins Antoine Cousot (Biscay 36 Métier Intérim) et Philippe Péché (Rustler 36 PRB) seront contraints d’abandonner la course en arrivant au port.

Antoine Cousot, qui a fait un arrêt à Lanzarote, a annoncé mercredi qu’il se dirigeait vers l’Ile de la Trinité pour soigner ses blessures à l’épaule et au pouce et réparer son régulateur d’allure, avant de se diriger vers Rio de Janeiro au Brésil.


D'abord une pénalité avant l'arrêt de la course

Philippe Péché, qui a mené la course pendant toute sa descente de l’Atlantique, a eu des problèmes de régulateur d’allure, mais c’est un appel à sa compagne avec le téléphone satellite réservé aux seules communications avec le PC Course qui l’a relégué en classe Chichester. Il a été prévenu par message le 13 Août qu’il ne devait plus utiliser le téléphone satellite, et s’est vu appliquer une pénalité de 18 heures tout en restant dans la course GGR car l’appel à sa compagne n’avait pas été suivi d’assistance extérieure. Cela aurait pu permettre à Philippe Péché de rester en classe Chichester après son arrêt à Cape Town où il avait besoin d’assistance.

Cependant, une enquête a démontré que le marin français a continué à utiliser son téléphone satellite. Un enregistrement de ses appels et de ses messages montre 40 appels entrants ou sortants et des messages SMS qu’il affirme être essentiels pour organiser son arrêt et ses réparations. "C'est la seule façon pour moi d'organiser un arrêt à Cape Town."


Les Règles de cette course rétro sont claires. Les concurrents peuvent seulement utiliser un équipement disponible pour Sir Robin Knox-Johnston et les autres concurrents en 1968-69 pour naviguer et contacter le monde extérieur. Ce qui veut dire SSB et Ham radios pour les communications longue distance et VHF pour les ondes courtes.




APPLICATION DES RÈGLES DE L’AVIS DE COURSE

3.1.4. Un skipper ne peut communiquer avec la GGR que par le téléphone fournit par la GGR ou par le système d’envoi de texte YB3 pendant le voyage et ne peut PAS utiliser ces moyens pour contacter qui que ce soit d’autre sauf en cas d’Urgence.
3.1.12. Le non-respect de l’une ou plusieurs de ces règles obligera le skipper à abandonner sa participation à la GGR.


Tous les participants ont été prévenus par des documents écrits et des briefings : le Téléphone Satellite GGR ne peut être utilisé qu’en cas d’urgence pour appeler toute Autorité de Sauvetage pour assistance.
L’affirmation de Philippe selon laquelle il s’agissait d’une urgence et que par conséquent il pouvait appeler sa compagne n’est pas validée par la GGR :
1.Cet incident n’a PAS été déclaré comme une urgence par la GGR et AUCUNE ASSISTANCE n’a été demandée.
2.Le principe de la Règle 3.1.4 concerne spécifiquement les situations d’urgence et fait référence à un appel de toute personne pouvant porter assistance dans une telle urgence.

Philippe Péché a donc enfreint la Règle 3.1.4.

Il en résulte que son arrêt à Cape Town représentera une deuxième infraction aux règles de course, l'obligeant à quitter la GGR.

Source : GGR